Le concours culinaire

C’est au début de l’année scolaire 2000-2001 que le directeur de l’Institut Technique Etienne Lenoir d’Arlon Patrick GRINGOIRE qui avait été intronisé le 14 mai 2000 appela au téléphone le Grand Bailli Bernard VAN der MAREN pour lui demander s’il voulait bien passer à l’école. C’est donc dans son bureau à l’ITELA que Patrick GRINGOIRE proposa au président de la confrérie que la section hôtelière de son école organise un concours  culinaire sur le thème du Maitrank avec le parrainage de la confrérie. La réunion du Grand Conseil qui suivit entérina cette proposition et en confia la coordination pratique au Grand Tabellion André ENSCH qui gardait des contacts privilégiés avec cette école étant un de ses anciens professeurs. Et ainsi fut fait ! Le 11 mai 2001 avait lieu à l’ITELA le premier concours culinaire du MAITRANK. Pour le dixième concours en 2010, André ENSCH cédait le relais de la coordination à Guy DE DECKER, lui aussi ancien professeur de l’ITELA.

Concours Culinaire 2017

Article paru dans le journal L’Avenir du 10 mai 2017 écrit par notre confrère Jean-Claude FONCK 

Rognons et maitrank, un mariage audacieux – 10/05/2017

ARLONC’est en préparant une recette à base de rognons que Luka Henrotin de l’institut Sainte Marie de Bouillon remporte le concours culinaire.

Chaque année, une compétition destinée aux élèves de formation hôtelière est organisée à l’ITELA Arlon avec le soutien de la confrérie royale du maitrank.

Devant un jury d’experts composé de plusieurs chefs de cuisine de notre verte province, les élèves se sont disputé la coupe tant convoitée, offerte par la confrérie de la reine de mai.

Depuis 18 ans à présent, lors de ce concours culinaire, la confrérie du maitrank a successivement marié avec bonheur son divin breuvage avec divers ingrédients notamment le porc piétrain l’an dernier, mais aussi la truite, le magret de canard, les escargots, le lapin, le pigeon, le brochet, les ris de veau, les écrevisses.

Cette année, c’était au tour des rognons de veau de convoler en justes noces avec le maitrank.

Vous nous avez bluffés!

Le grand bailli Francis Dubois a tenu à remercier cinq chefs de renom qui ont répondu présents à l’invitation et qui donnent depuis quelques années encore plus de crédibilité au concours.

Ces cinq membres du jury étaient Bernard Thomas du Château de Latour, le traiteur Jean-Luc Henry de Namur, Julien Lapraille traiteur à domicile, Lionel Bouvy de La Forgerie à Sainte Cécile et Jacques Lavigne, chef d’atelier honoraire de l’ICA de Libramont.

Le grand bailli s’est dit heureux de féliciter les huit concurrents pour leur créativité. Il y a évidemment, derrière eux, des professeurs qui ont su leur transmettre l’amour de leur métier, qualité essentielle et d’ajouter: «Il faut être courageux et audacieux pour préparer un repas sous l’œil avisé de chefs qui maîtrisent parfaitement l’art culinaire. Le plat qui devait être réalisé, des rognons au maitrank, n’était pas facile mais soyez assurés que le résultat de votre travail est apprécié à sa juste valeur. Vous avez la passion pour la cuisine et le don du bon goût. C’est une énorme satisfaction que d’utiliser sa passion et son savoir-faire. Les gourmets veulent être surpris et demandent aux cuisiniers d’être inventifs et de respecter les produits.» Et de conclure en citant Pierre Dac: «De tous les arts, l’art culinaire est celui qui nourrit le mieux son homme!»

Pour la première fois, un des membres du jury, Lionel Bouvy, a tenu à prendre la parole: On était là pour vous juger mais on a appris aussi des choses. Aujourd’hui, nous sommes unanimes pour vous dire: vous nous avez bluffés, bravo!

Le directeur Philippe Giberti et Jean Polinard (chef d’atelier, coordonnateur) ont procédé à la proclamation et à la remise des prix. Troisième, Johann Hamaide de l’institut de la Sainte famille à Virton. Deuxième, Daniel Walachowski du Lycée technique Alexis Heck de Diekirch. Et enfin, premier, Luka Henrotin de l’institut Sainte-Marie de Bouillon. Les cinq autres candidats, classés ex aequo, sont: Julie Amaglio du Lycée professionnel Alain Fournier à Verdun, Sabine Jamotte de l’institut de promotion sociale à Libramont, Bastien Fremal d’institut centre Ardenne à Libramont, Kenzo Chem du CEFA de Suarlée, et Joey Feirereisen de l’institut technique Étienne Lenoir à Arlon.

Jean-Claude FONCK (L’Avenir)

Voir le diaporama