Son histoire

De l’origine à la fondation

En 1947, la ville d’ARLON mettait en place une “ Commission communale des Fêtes “ qui était chargée de coordonner les manifestations locales organisées par une multitude de sociétés et groupements patriotiques pour faire oublier à la population les affres de la guerre.

En 1955, René HUSSIN, président de l’Amicale des sous-officiers, annonça à la Commission communale des Fêtes que la ville d’ARLON avait été choisie pour être le théâtre du 23ème congrès des sous-officiers et lui exposa une ébauche de programme.

La Commission communale des Fêtes estima qu’il fallait laisser à tous ces militaires un souvenir impérissable de leur congrès à ARLON et que le meilleur moyen d’y parvenir était de leur faire découvrir leur divine boisson. Il fut décidé de remplacer le tournoi de Football habituel par LA JOURNÉE DU MAITRANK ET DU GENÊT.

Cette première Fête du Maitrank connut un immense succès de foule et le MAITRANK fut apprécié dès les premiers verres. Il coula à grands flots aussi bien dans les gosiers militaires que dans ceux des habitants. Devant l’énorme succès de cette première Fête du MAITRANK, la Commission des Fêtes décida de la pérenniser en l’organisant systématiquement chaque année au mois de mai.

Emile LAMBERT, qui avait succédé à Julien BREYER à la présidence de la Commission des Fêtes en 1960, pensait qu’il fallait encore mieux faire connaître la ville d’ARLON par le truchement du MAITRANK et que le meilleur moyen d’y parvenir était la création d’une confrérie. Il écrivit à M. Clément MORRAYE, président de l’Académie des Vins de Belgique et à M. Daniel QUERRE, procureur-syndic de la Jurade de Saint-Emilion. Il alla voir Louis OLIVIER à BASTOGNE qui avait déjà sa Confrérie des HERDIERS et Joseph BRESMAL à MARCHE qui avait créé sa Confrérie du MATOUFÉ. Il en revint plus enthousiasmé que jamais. Il alla trouver le bourgmestre Charles SIMON qui fut convaincu et lui donna sa bénédiction. Fort de cet appui, il constitua un petit comité de bourgeois de la ville qui pensaient qu’il fallait prendre le temps de bien faire les choses. Ce n’était pas l’avis de la Commission communale des Fêtes qui estimait qu’il fallait avancer rapidement et que c’était à elle, et uniquement à elle, qu’il revenait le droit de créer une confrérie.

 

Il en fut ainsi et … la Commission communale des Fêtes créa la Confrérie du Maitrank en 2 mois !

Le dimanche 26 avril fut organisée la dégustation du premier cru et le dimanche 24 mai 1964 eut lieu le 1er chapitre de la CONFRERIE DU MAITRANK D’ARLON sous le parrainage de la CONFRERIE DU MATOUFE DE MARCHE et en présence de la CONFRERIE DES HERDIERS DE BASTOGNE.

Après l’introduction faite par Emile LAMBERT, c’est notre confrère Georges HUMBLET, commerçant en électroménager dans la Grand-rue d’ARLON et membre de la Commission des Fêtes, qui appela et présenta le premier Grand Bailli, le bourgmestre Charles SIMON. Il lui fit prêter le serment qui avait été composé par Albert GIOT. Après quoi, M. DEGELING, plombier et chauffagiste qui tenait un magasin de sanitaires à la rue Général Molitor, membre également de la Commission des Fêtes, passa le collier de la Confrérie au cou du premier « patron » de la Confrérie et l’invita à boire une grande coupe de MAITRANK.

Charles SIMON, premier Grand Bailli, intronisa ensuite Emile LAMBERT, Président de la Commission communale des Fêtes, en qualité de 1er Grand Echanson et ensuite Albert GIOT, journaliste et vice-président de la Commission communale des Fêtes, en qualité de Grand Tabellion. Il appartenait alors à ce dernier d’appeler les autres impétrants.

La Confrérie aujourd’hui

Le Grand Conseil (conseil d’administration) de la confrérie comptait à ses débuts 9 membres. A ce jour, le conseil d’administration compte 16 administrateurs pour environ 200 membres en ordre de cotisation.

Actuellement, en plus de l’objectif premier de la Confrérie qui est de porter haut et loin le renom de la ville d’ARLON, la Confrérie du MAITRANK s’est donné un objectif philanthropique qui consiste à aider financièrement des associations et/ou groupements à caractère humanitaire de la grande région arlonaise et à céder 10% de ses bénéfices à la coopération Nord – Sud. Pour réaliser cet objectif philanthropique, la confrérie cède la moitié du montant total de ses cotisations annuelles et ajoute à cette somme la totalité des bénéfices d’un grand barbecue qu’elle organise sur le site de l’Abbaye de CLAIREFONTAINE grâce à l’ASBL AMANOCLAIR (les Amis de l’Abbaye Noble de CLAIREFONTAINE) qui nous cède le site pour cette occasion. Nous la remercions de tout coeur.